| english Deutsch | english English | polski Polski

Historique

 
 
 
Extrait d’une conférence du Pasteur Dr.Winfried Dalferth lors d’une exposition de figurines au Stift d’Urach, le 17.09.00.
 

Origines des figurines bibliques en Suisse

 
Pour comprendre l’historique des figurines bibliques au Stift d’Urach il est nécessaire de jeter un regard sur les débuts des figurines en Suisse.
Les premières figurines bibliques ont été développées par Sœur Anita Derungs OP, une nonne du couvent d’Ilanz, lors des vacances d’été 1964. Sœur Anita était, à l’époque, éducatrice à Ilanz.
L’idée de développer des figurines flexibles vint de la présidente de l’association des mères de Graubunden, Madame Fryberg-Candinas. Elle rêvait d’une crèche pour les familles à Noël avec des figurines flexibles. L’origine des figurines bibliques est à mettre en relation avec les crèches de Noël.
D’autres avaient déjà fait leurs essais avec des figurines flexibles, mais le résultat n’était pas satisfaisant à cause du matériel trop fragile comme le fil de fer qui, à l’usage, se cassait.
Sœur Anita Derungs travaillait avec du matériel disponible dans chaque ménage : du fil de fer, de la corde armée, des restes de tissus et des bouts de bois. Les têtes étaient modelées dans du polystyrène dur et recouvertes de duvetine ou velours. Ces matériaux sont encore utilisés aujourd’hui.

 

 

De Ilanz à Schwarzenberg

 
Josy Brunner a appris qu’au couvent d’Ilanz on faisait des figurines flexibles pour crèches. Elle était directrice d’une maison pour mères à Schwarzenberg, un lieu de formation pour des associations de femmes et mères (FMG). Josy Brunner chercha le contact avec sœur Anita et porta tout son intérêt sur les figurines.
Dès l’automne 1964 il y eut donc un premier stage de fabrication de figurines pour crèches dans la maison des mères à Schwarzenberg. C’est Josy Brunner et sœur Anita qui en étaient les formatrices. Les premières stagiaires étaient enchantées et elles se mirent dans les années qui suivirent, à répandre et améliorer avec dévouement les figurines. Parmi ces quatre ou cinq pionnières il y avait Béatrice Zimmermann qui mit au point plus tard les figurines de 50cm, ainsi que Maria Widmer.
Maria Widmer résidait en ce temps-là à Baar où son époux était enseignant. Elle s’engagea dans le travail auprès des mères de Baar et fit la connaissance de la jeune Doris Egli, originaire de l’Allemagne de l’Est et mariée à Baar.
En 1966 – donc 2 ans après la création des figurines au couvent d’Ilanz par sœur Anita – Maria Widmer montra à Doris Egli, comment faire les figurines. C’est ainsi que Doris Egli fit la connaissance des femmes qui faisaient déjà des figurines et elle s’impliqua avec fougue dans la propagation des figurines. Elle avait fait une formation à Stuttgart à l’académie des Arts Plastiques et cela lui servit beaucoup.
 
 
 

Amélioration du matériel et rupture

 
La coopération à Schwarzenberg entre les femmes qui faisaient des figurines et Doris Egli fut de courte durée. Il y eut discorde au sujet du matériel utilisé. C’était encore la phase où il y eut des essais divers. Deux améliorations techniques étaient d’importance :
  1. l’évolution jusqu’aux pieds en plomb :
    tout au début on utilisa du plomb de rideaux qu’on mélangea à une pâte (Schubi) travaillée en forme de pieds. Plus tard on décida d’utiliser du plomb d’imprimeur sous forme de petites barres de plomb fixées à la corde armée avec du ruban adhésif isolant avant de modeler le pied avec la pâte Schubi.
    Les premiers pieds entièrement en plomb furent coulés par le pasteur Werner Thommen. Grâce aux relations d’une formatrice avec Berchtold Frei, artisan dans la
    ferronnerie d’art, celui-ci se mit à faire les pieds en plomb, d’une façon professionnelle, dès 1975. Son fils, Christoph Frei prit la succession et livre jusqu’à nos jours les pieds en plomb de toutes les tailles.           
  2. l’évolution jusqu’à la pince métallique
    au début, les jambes des figurines étaient en corde armée et les bras en fil de fer entortillé à la hauteur du cou autour de la corde armée. Finalement la corde armée a pris le dessus pour l’ensemble, mais le raccord ne pouvait plus se faire comme avant (trop épais). On a d’abord cousu les deux parties en corde armée, l’une sur l’autre. Le maintien était médiocre. Doris Egli a alors mis au point avec son mari Primo une pince métallique qui maintient le tout bien solidement.
En 1976 Doris Egli diffusa sur le marché ce matériel en corde armée maintenu par la pince métallique avec la marque « Original-Doris-Egi-Material ». Elle voulait des droits d’auteur sur les figurines bibliques.
Juridiquement elle n’a pas pu s’imposer, car trop nombreuses étaient les femmes qui avaient contribué à l’évolution des figurines. Elle a cependant obtenu le label « Original-Doris-Egli-Material » et tenu à appeler les figurines de son nom : Egli-Figuren et non plus figurines bibliques.
Ceci a mené, en Suisse, à un grand conflit entre les réalisatrices de figurines qui ont toutes collaboré bénévolement à l’évolution des figurines. Il y eut plusieurs essais de négociation à Schwarzenberg, en vain … C’est ainsi que les ambitions de droits d’auteur de Doris Egli ont mené à la rupture entre Schwarzenberg et les autres figurines et depuis, chacun va son propre chemin.
Cela se passait en 1976.
Aujourd’hui les squelettes des figurines sont fabriqués par l’association Brändi à Horw / Suisse. Huit personnes ayant des handicaps ont trouvé un emploi dans la fabrication du matériel de base des figurines, dont la commande annuelle est impressionnante.
La dernière mise au point des figurines se situe au niveau de la main flexible avec une boucle en fil de fer que ABF a pris dans son programme. C’est Béatrice Zimmermann qui a développé cette façon de procéder, en 1979. Doris Egli n’a pas adopté cette main flexible.
 
Trois tailles de figurines bibliques se sont développées au cours des années. Il y a les figurines de 30, de 50 et de 70cm. Les cours de fabrication et de formation pour les trois tailles sont donnés au Stift d’Urach..
 
 
 

Les figurines bibliques au Stift d’Urach

 
En 1978 la famille du pasteur Knoch de Mägerkingen (Jura souabe) fit un voyage à Taizé et y rencontra la famille Marty de Suisse. Une amitié se noua entre les deux familles. Ida Marty était déjà à l’époque formatrice pour les figurines bibliques.
En 1980 le pasteur Knoch a été appelé à être directeur du Stift d’Urach qui était devenu entre temps un grand centre de rencontre de l’église du Wurtenberg. Dès 1981 il y eut le premier stage de fabrication de figurines bibliques sous la direction de Ida Marty et Werner Knoch.
Dès le début le pasteur Knoch et Ida Marty ont veillé à ce que les figurines flexibles ne restent pas seulement des figurines de crèche mais qu’elles interviennent dans la compréhension de divers textes bibliques de l’AT et du NT.
Comme Knoch et Marty voyaient dans les figurines un moyen d’expliquer la bible, il y eut très vite des stages d’utilisation des figurines. Avec les figurines déjà terminées, les stagiaires étaient déchargés du souci de fabrication, ce qui leur permettait de se concentrer sur les textes bibliques et leur message aujourd’hui.
De 1981 à 1994 Ida Marty a dirigé en tout 32 stages de fabrication, de formateurs/trices et d’utilisation des figurines.
La relation entre les figurines bibliques et le Stift d’Urach existe donc depuis 19 ans et ceci pratiquement depuis que celui-ci est devenu centre de rencontre (auparavant ce fut un séminaire théologique protestant)
Un an et demi après le premier stage de fabrication de figurines avec Ida Mary – en Février 1983 – il y eut le premier stage pour formateurs avec Doris Egli. Elle fut invitée pour sa participation importante à l’évolution des figurines. On s’attendait à un précieux soutien. Mais, autant les qualités de Doris Egli en temps qu’artiste étaient impressionnantes, autant celles de formatrice furent décevantes. Ida Marty et le pasteur Knoch ont donc décidé de prendre en main cette formation et ils ont institué une rencontre annuelle des formateurs agréés (essentiellement des femmes) sous la conduite du pasteur Knoch et d’Ida Marty, ainsi qu’une journée de contact avec Doris Egli.
Au fil des années ce furent des formatrices allemandes qui ont repris le travail d’Ida Marty. Depuis 1991 ce sont Marie-Luise Pöpel et Sigrid Meyer qui assument le travail.
En 1994 la famille Knoch est partie à la retraite et Ida Marty se retira aussi des stages au Stift.
Le travail commun entre Werner Knoch et Ida Marty a abouti dans un ouvrage « Als ob du selbst dabei wärest » avec des récits bibliques interprétés par le pasteur Knoch et illustrés par Ida Marty.
Le pasteur Dr.Udo Hofmann a repris la direction du Stift et les stages autour des figurines bibliques sont restés un noyau important du programme. Ils se sont même développés.
 
 
 

L’association des figurines bibliques ( ABF e.V.) et le Stift

 
Les figurines ont largement dépassé les murs du Stift et l’intérêt qu’on leur porte, fait que le nombre de formateurs/trices augmente constamment et les stages de fabrication de figurines aussi.
En Wurtenberg les figurines bibliques étaient connues essentiellement sous l’appellation « Egli-Figuren », car Doris Egli rapportait à Urach le matériel de Suisse.
Mais bientôt la demande de matériel fut si importante qu’elle dépassait les possibilités connues jusqu’ici. Il se créa des dépôts de matériel, mais les difficultés de livraisons étaient grandes et par conséquent, il y eut des achats irréguliers.
Entre temps les formatrices allemandes ont cherché d’autres sources de matériel et ont redécouvert Schwarzenberg et Christoph Frei (ferronnerie d’art) pour constater que le matériel était au moins aussi bon que celui de Egli, le seul connu sur le marché jusqu’ici.
Les formatrices selon Egli n’avaient pourtant pas l’autorisation de travailler avec le matériel Schwarzenberg qui pourtant était disponible.
Puisque les tentatives de conciliation avec Egli n’ont pas abouti, Silvia Dalferth, Gabriele Lohner et Marie-Luise Pöpel se sont décidées à créer une association pour donner à cet immense travail avec les figurines un cadre régulier.
C’est ainsi qu’en Avril 1997 l’association Arbeitsgemeinschaft Biblische Figuren – ABF e.V. a été fondée et une large majorité des formatrices d’autrefois y sont devenues membres.
Sur ce, Doris Egli a quitté définitivement le Stift d’Urach.
L’ABF a repris l’ensemble des stages, a mis au point un outil de travail détaillé sous forme de classeur pour les formateurs et ajouté les stages de fabrication des figurines de 50 et 70cm.
Dès le début l’ABF et le Stift ont trouvé un bon rythme de travail. C’est sur une base de confiance réciproque que le vaste programme des différents stages peut se renouveler d’année en année.
Nous pouvons constater aujourd’hui avec reconnaissance que le travail avec les figurines bibliques est largement répandu et reconnu. Voici quelques chiffres :
-         par an, il y a en moyenne 8 stages avec les figurines bibliques (fabrication, utilisation, animaux et 
          rencontre de formateurs)
-         il y a 153 ABF-formateurs/trices qui organisent des stages en Allemagne et en France
-         l’ABF grandit régulièrement. Au départ nous avions 30 membres, aujourd’hui nous en avons 258.
Les domaines dans lesquels les figurines sont utilisées s’élargissent toujours. Elles sont utilisées lors du culte, de l’école du dimanche, au jardin d’enfants, dans les écoles, au catéchisme, dans la formation d’adultes, dans des expositions, pour illustrer le texte de la prédication dans plus d’une église, en exposition au supermarché et ailleurs …
La renommée des figurines se fait aussi à l’étranger. Il y a des stages de fabrication de figurines en Finlande, au Luxembourg, en France, Autriche et même d’autres pays plus éloignés. Une formatrice est sur le point de s’activer en Islande. Deux formatrices ont été préparées à Urach lors de la dernière session pour travailler au Chili au sein de l’église luthérienne.
Notre reconnaissance va aujourd’hui tout spécialement au Stift d’Urach pour le travail de qualité et de confiance qu’il soutient.
Puissent les stages de figurines bibliques au Stift favoriser l’approche de la bible à plus d‘une personne et que celles-ci se sentent interpellées par le message biblique !